.



.


.

les mots de mon poème sont des larmes

 

les lettres sont des larmes

 

 

l'espace entre les lettres est l'espace infini

source des larmes

qui se composent et se recomposent
à l'infini

pour chanter l'Ami


Jean-Claude